Contes et comptines à lire en ligne

Sainte Geneviève, une sacrée bonne femme

Sainte Geneviève au centre d'un cromlech

Sainte Geneviève, pierre centrale d’un cromlech

Sainte Geneviève, une sacrée bonne femme

Légende française

Avant de devenir une héroïne puis une sainte,  Geneviève n’était qu’une jeune fille parmi d’autres. Elle fut une figure de courage qui lui valut de devenir non seulement la patronne de Paris mais aussi celle de la France.

—————–

Geneviève, la petite bergère, vivait à Nanterre avec son père et sa mère. Tous les jours, elle menait paître ses moutons et pendant qu’ils broutaient, elle lisait, ce qui était rare pour une bergère (historiquement elle serait une fille de notable instruite selon son rang…. mais gardons ce qu’en dit la légende populaire et non ce que rapporte l’histoire!) Elle n’avait que sept ans lorsqu’elle rencontra l’évêque Saint-Germain d’Auxerre qui entama la conversation avec elle et fut bien surpris par sa vivacité d’esprit. Voyant en elle une personnalité exceptionnelle (une future sainte dit-on),  il lui conseilla de se consacrer à Dieu. Pourquoi pas? pensa-t-elle, et elle suivit les conseils du prélat. 

Sainte Geneviève bergère qui lit

Geneviève lit à toute heure

Sainte Geneviève lit parmi ses moutons

Une lectrice passionnée!

Dès lors sa vie fut parsemée de miracles.

Un jour où sa mère la grondait sans doute un peu trop violemment, Geneviève s’était emportée et l’avait giflée en retour si bien que sa mère en avait perdu la vue. (Ah! ces ados! … le chemin est long avant de devenir une sainte!). Regrettant aussitôt son geste, la fillette courut au puits pour puiser de l’eau et en laver les yeux de sa mère. Ce faisant elle implorait le pardon du ciel. Elle fut entendue car après qu’elle eut passé l’eau sur les paupières, sa mère recouvra la vue. On cria au miracle et depuis ce jour nombreux sont les pèlerins qui accourent pour prendre de cette eau miraculeuse dont le puits se trouve aujourd’hui encore près de la basilique Sainte Geneviève à Nanterre. (Bon, je dois avouer que j’ai pris cette anecdote à l’envers. Si je m’en tiens à la légende, c’est la mère qui gifla Geneviève pour l’empêcher d’aller à la messe, et non le contraire. Mais vu le caractère de la future sainte, je suis sûre qu’elle a du parfois avoir des écarts de comportement…)

A l’adolescence, la jeune fille se sentit l’âme voyageuse et voulut découvrir le monde. Quoi de plus excitant que d’aller à Paris (je veux dire Lutèce bien sûr!) Sa marraine y vivait. Elle décida d’aller la retrouver. Il ne se passa pas bien longtemps avant qu’elle ne mette sa fougue à profit d’une grande cause : Attila et ses terribles guerriers Huns, avaient traversé l’Europe et arrivaient, nombreux, navigant sur la Seine. Précédés par leur effroyable réputation (« Là où Attila passera, l’herbe jamais ne repoussera » murmurait-on), ils menaçaient d’envahir la cité.  Terrifiée, la population quittait la ville mais la passionaria, je veux dire Geneviève en colère, s’enflamma. Elle harangua la foule et trouva les mots justes qui convainquirent  les parisiens : « Que les hommes fuient, s’ils veulent, disait-elle, s’ils ne sont plus capables de se battre. Nous les femmes, nous prierons Dieu tant et tant qu’Il entendra nos supplications». Elle fit bien plus que prier, elle agit.

Sainte Geneviève harangue les parisiens

Geneviève harangue les parisiens

Touchés dans leur fierté, les hommes restèrent, et s’apprêtèrent à défendre leur cité  tandis que Geneviève allait courageusement rencontrer Attila pour négocier la paix. Nul ne sait ce qu’ils se dirent, toujours est-il que les Huns n’attaquèrent pas Paris et leurs bateaux, et firent un détour pour poursuivre leur route.

A vrai dire, la petite Geneviève était drôlement futée! N’était-ce pas elle qui sous le déguisement d’une vieille femme était allée raconter aux Huns que Paris était en proie à la peste (ou au choléra)?  Les terribles guerriers étaient certes prêts à se battre contre des hommes mais pas contre une épidémie. Sans plus tarder, ils firent un grand détour pour éviter Lutèce et ses pestiférés. Tous les coups sont bons pour éviter la guerre!

Sainte Geneviève ravitaille Paris

Geneviève ravitaille Paris

Quarante ans plus tard, c’est Childéric, roi des francs qui assiège Paris avec ses troupes  et c’est encore Geneviève qui organise la défense de la ville. Le siège est interminable, la nourriture ne parvient plus, les parisiens sont affamés. Geneviève galvanise les hommes et réquisitionne leurs bateaux pour aller chercher du blé et des vivres jusque dans l’Aube. Elle force ainsi plusieurs fois le blocus et ravitaille la cité. Les parisiens lui doivent une fière chandelle!

En parlant de chandelle…, pour prier, elle allumait toujours un cierge. Or il y avait un diablotin que la lumière divine dérangeait, aussi, chaque fois que la jeune femme allumait son cierge, il en éteignait la flamme. Intervenait alors un petit ange qui la rallumait mais le diablotin l’éteignait aussitôt, l’angelot la rallumait… et ainsi de suite. Geneviève se trouvait ainsi prise entre… deux feux : difficile de prier dans ces conditions! Pourtant nombreuses sont les merveilles qu’elles accomplit : multiplication des coupes d’eau pour des ouvriers assoiffés, résurrection, exorcismes… On ne prête qu’aux riches!

Sainte Geneviève et diablotin

Sainte Geneviève et son diablotin

Sa forte personnalité finit par intriguer la reine Clotilde. Quelques rencontres et deux ou trois conversations et les voilà meilleures amies du monde. Geneviève devint ainsi proche du roi Clovis (époux de Clotilde et fils de Childéric). Il fut à son tour séduit par l’audace, la conviction et en un mot, le tempérament de cette sacrée bonne femme.  Elle finit par le persuader de se faire baptiser et ensuite, elle l’incita à faire bâtir l’église Saint Pierre et Paul située sur l’actuelle montagne Sainte Geneviève, toujours à Paris.

Elle mourra, en odeur de sainteté, à l’âge honorable de 90 ans! 

Sainte Geneviève fut vraiment une sacrée bonne femme!

Elle mérite d’être la patronne de Paris, de Navarre et de la France! Et, le saviez-vous, chaque année on sort sa statue pour lui fait faire le tour de Paris afin qu’elle la garde toujours sous sa protection!

————————–

Note historique : Geneviève naquit vers 420 à Nanterre  et décéda vers 502. Elle fut  enterrée à Saint-Etienne du Mont à Paris et ses reliques furent dispersées dans la Seine (au XVIII ème s.). Sa fête a lieu le 3 janvier.

——————————-

——————

 <Conte précédent                conte suivant>

Retour à la catégorie légendes              Revenir à l’accueil

 

 

 

J'aimerais avoir votre avis sur cet article. Laissez une trace de votre passage....

error: Ce contenu appartient à © Légende-et-conte.com Si cet article vous intéresse, vous pouvez reprendre un extrait sur votre site (une dizaine de lignes) en citant bien évidemment la source. Si vous souhaitez utiliser l’intégralité de l’article, merci de nous contacter.
Site Protection is enabled by using WP Site Protector from Exattosoft.com
%d blogueurs aiment cette page :