Contes et comptines à lire en ligne

Rumpelstilzchen ou le nain Tracassin conte de Grimm

Rumpelstilzchen ou le nain Tracassin

 Rumpelstilzchen ou le nain Tracassin

conte de Grimm

 Résumé : Le roi ordonne à une meunière de filer et de transformer de la paille en or.  Rumpelstilzchen (le nain Tracassin) vient à son aide mais en échange la reine devra  lui donner son premier enfant. Rumpelstilzchen ne lui laisse qu’une seule chance de garder l’enfant :  trouver le nom du nain.

———————

Il était une fois un  pauvre meunier dont l’unique richesse était une fille d’une grande beauté.

Un jour où il bavardait avec roi, pour se donner de l’importance il affirma que sa fille pouvait faire de l’or en filant de la paille. S’adressant au meunier, le roi dit alors :

– C’est un art que j’apprécie, si ta fille est aussi habile que tu le dis, emmène-la au château dès demain, je veux la mettre à l’épreuve.

Quand la jeune fille se présenta devant le roi, celui-ci la conduisit dans une pièce remplie de paille ; il lui donna un rouet et des bobines, et il lui dit :

– Maintenant, mets-toi au travail, et si demain matin tu n’as pas filé cette paille pour en faire du fil d’or, tu mourras !

Et il ferma la porte, et la laissa seule.

Ne sachant que faire pour sauver sa vie, la pauvre fille s’assit ; elle n’avait pas la moindre idée de la façon dont elle pourrait transformer de la paille en or. Elle était si désespérée qu’elle éclata en sanglots. Soudain la porte s’ouvrit, et un petit homme entra, qui lui dit :

Bonsoir fille de meunier, pourquoi pleures-tu?

Oh! répondit la jeune fille, je dois faire de l’or en filant de la paille, mais je ne sais comment faire !

Alors le petit homme reprit :

– Que me donnerais-tu si je la filais à ta place?

– Mon collier, répondit la jeune fille.

Le petit homme prit le collier, s’assit devant le rouet et vrrrrrr, vrrrrrr, vrrrrrrrr,  trois tours et voici la bobine pleine ;  alors il en prit une autre, et vrrrrrr, vrrrrrr, vrrrrrrrr,  trois tours, et la voilà pleine, et il continua ainsi  jusqu’au petit matin : toute la paille avait été filée, et toutes les bobines étaient couvertes d’or.

Au lever du jour, le roi arriva.  Il fut très étonné  en voyant tout cet or,  et comme il était très avare, il s’en réjouit fortement.

Il conduisit la fille du meunier dans une autre pièce, beaucoup plus grande que la précédente et tout aussi remplie de paille. Il lui ordonna de la filer en une seule nuit,  si elle tenait à la vie.

Ne sachant que faire, la jeune fille se mit à pleurer. Alors la porte s’ouvrit, et le petit homme apparut et dit :

Que me donneras-tu si je file toute cette paille pour en faire de l’or?

– Mon anneau, répondit la jeune fille.

Alors le petit homme prit l’anneau, et recommença à faire tourner le rouet qui, vrrr, vrrr, vrombissait, et le lendemain matin, toute la paille était transformée en fil d’or étincelant.

Le roi était fou de joie en voyant tant de richesses, mais comme il n’en avait jamais assez, il emmena la fille du meunier dans une salle remplie de paille, bien plus grande que les précédentes.

– Tout cela devra être filé en une seule nuit ; si tu réussis, tu seras ma femme, annonça-t-il.

Dans son for intérieur, il pensait : «Elle a beau être fille de meunier, je trouverai jamais une femme aussi précieuse dans le monde entier»

Dès que la jeune fille fut seule, le petit homme apparut pour la troisième fois :

Que me donneras-tu cette fois, si je file la paille pour toi? Demanda-t-il.

– Je n’ai plus rien à donner, répondit la jeune fille.

– Alors promets-moi de me donner ton premier enfant lorsque tu seras reine, reprit le petit homme.

Qui sait si cela arrivera un jour? pensa la jeune fille, et comme elle n’avait aucune autre solution, elle promit au petit homme ce qu’il souhaitait,  à la suite de quoi, il commença à faire tourner le rouet jusqu’à ce que toute la paille fût devenue de l’or.

Et lorsqu’au petit matin, le roi s’assura que ses ordres avaient été exécutés, il ordonna que le mariage fut célébré sur l’heure et la belle fille du meunier devint reine.

Rumpelstilzchen Le nain Tracassin conte en ligne

Une année passa et la reine mit au monde un bel enfant. Elle ne pensait plus au petit homme, mais un jour il apparut soudain dans sa chambre, et dit:

Donne-moi ce que tu m’as promis!

La reine fut horrifiée et proposa au petit homme toutes les richesses du royaume pourvu qu’il lui laissât son enfant, mais le petit homme répliqua :

– Non,  je préfère  quelque chose de vivant  à tous les trésors du monde.

Alors la reine commença à se lamenter en pleurant si bien que le petit homme eut pitié d’elle.

Je te donne trois jours, dit-il, et si au bout de ce temps, tu ne sais dire mon nom, tu devras me laisser l’enfant.

La reine passa la nuit entière à réfléchir à tous les noms qu’elle avait entendus. Elle dépêcha un messager à travers le pays pour se renseigner sur tous les nouveaux noms qu’il pourrait trouver.

Et lorsque le petit homme vint le lendemain, elle cita tous les noms qu’elle connaissait en commençant par Gaspard, Melchior et Balthazar, mais après chaque nom, le petit homme disait :

Ce n’est pas mon nom.

Le deuxième jour, la reine fit faire des recherches dans le pays voisin afin de connaître les noms en vogue dans ce pays, et lorsque le petit homme se présenta, elle dit les noms les plus étranges et insolites :

– Peut-être t’appelles-tu Côtelette, ou Jarret de Mouton ou Cuissot à la Broche ?

Mais elle n’eut d’autre réponse que :

Ce n’est pas mon nom.

Le troisième jour, un messager revint et dit à la reine :

Je n’ai pas pu trouver un seul nouveau nom, mais comme je traversais le bois à cette heure indécise qu’on appelle entre chien et loup, je suis arrivé auprès d’une haute colline. Là j’ai soudain aperçu une petite maison, et devant  la maison il y avait un feu qui brûlait, et tout autour du feu il y avait un drôle de petit homme qui sautait sur une seule jambe en chantant :

Aujourd’hui, je fais mon pain, demain je brasse ma bière,

Après-demain j’emporterai l’enfant de la reine  !

Oh oh! Quel bonheur que personne ne sache

Que je m’appelle Rumpelstilzchen! 

Imaginez la joie qu’éprouva la reine en entendant ce nom ! Peu après, lorsque le petit homme entra et demanda :

– Alors, Madame la Reine, connais-tu mon nom?

Dans un premier temps elle dit

Est-ce que tu t’appelles Jacques?

Non, ce n’est pas mon nom!

Est-ce que tu t’appelles Henry?

– Non, ce n’est pas mon nom!

Dans ce cas, ne t’appellerais-tu pas Rumpelstilzchen ?

C’est le diable qui te l’a dit, c’est le diable qui te l’a dit ! s’écria alors le petit homme, et fou de rage il frappa le sol du pied droit avec tant de force qu’il s’y encastra jusqu’au genou ; alors il tira sur son pied gauche avec ses deux mains avec une telle fureur qu’il se scinda en deux, et c’en fut fini de lui.

FIN

—————————-

  • Auteur : les frères Grimm (Contes de l’Enfance et du foyer)
  • Illustration : Walter Crane
  • mise en couleurs : legende-et-conte.com
  • Conte-type : AT 500 , The name of the helper (Le nom de celui qui aide)
  • Lire d’autres contes des frères Grimm : liste des contes de Grimm proposés par legende-et-conte.com
  • Coloriage : Le lutin Rumpelstilzchen

————————-

Commentaire par Anastasia Ortenzio

En Allemagne le nom donné au petit homme est Rumpelstilzchen. En France il est communément traduit pas Outroupistache , Grigrigredinmenufretin et plus anciennement par le nain Tracassin. (qui cause du tracas, comme les lutins familiers). De nos jours on pourrait même l’appeler plus familièrement « Casse-pieds ». 

Cet être appelé petit homme semble désigner un esprit frappeur et est souvent traduit par kobold, lutin, gobelin, nain… Nous avons préféré lui laisser la dénomination de petit homme, laissant à chacun le choix de son épithète. 
Il vient en aide à la meunière mais demande un paiement en échange de son travail, contrairement à certaines autres aides surnaturelles.
La meunière devenue reine devra non seulement découvrir le nom de l’être qui la harcèlée après l’avoir tant aidée, mais il lui faudra aussi prononcer ce nom (qui pourrait bien être un nom tabou).

Dans ce conte la jeune fille doit accomplir plusiers tâches :

– La première tâche est imposée par le roi mais contient 2 épreuves en réalité : filer de la paille (or elle n’est pas filandière ni tisserande!) puis  transformer la paille en or (or elle n’est pas magicienne).

– La deuxième tâche est imposée par le nain Rumpelstilzchen. Là aussi la tâche en contient 2, car la reine doit  découvrir le nom du petit homme (il est un être surnaturel)  et  dire son nom ! En prononçant le nom du petit homme, la jeune reine accrédite l’existence de l’être surnaturel qu’il représente, même si celui-ci se cache aux yeux de tous. On aborde ici, le thème du nom tabou – le nom qu’il est dangereux de prononcer -. (cf. Frazer.) 

————————

 Liste des contes en ligne       Liste des contes par auteur

<conte précédent                                                                                      conte suivant>

 

Incoming search terms:

3 Commentaires

  1. Mais pourquoi dans chaque histoire, les rois ou les princes promettent de se marier avec la pauvre jeune fille, comme si c’était une récompense??

Rétroliens/Pingbacks

  1. Once Upon a time S5E14 - Rumple piégé par Grimm - SeriesBlog.TV - […] comme cela que la reine a découvert le nom de Rumpelstilzchen et a gardé son enfant (le conte ici)…

Vous avez votre mot à dire...

error: Ce contenu appartient à © Légende-et-conte.com Si cet article vous intéresse, vous pouvez reprendre un extrait sur votre site (une dizaine de lignes) en citant bien évidemment la source. Si vous souhaitez utiliser l’intégralité de l’article, merci de nous contacter.
Site Protection is enabled by using WP Site Protector from Exattosoft.com
%d blogueurs aiment cette page :