Contes et comptines à lire en ligne

Poèmes pour les pères

Pères : bonne fête à vous

  Poèmes pour les pères

Mon Père
– J’écris le mot agneau
Et tout devient frisé :
La feuille du bouleau,
La lumière des prés.
– J’écris le mot étang
Et mes lèvres se mouillent :
J’entends une grenouille
Rire au milieu des champs.
– J’écris le mot forêt
Et le vent devient branche.
Un écureuil se penche
Et me parle en secret.
– Mais si j’écris papa,
Tout devient caresse,
Et le monde me berce
En chantant dans ses bras.
Maurice CARÊME

 

Mon père aimé,
Mon père à moi,
Toi qui me fais bondir,
Sur tes genoux,
Comme un chamois,
Que pourrais-je te dire,
Que tu ne fais déjà ?
Il fait si doux,
Quand ton sourire,
Eclaire tout,
Sous notre toit !
Je me sens fort,
Je me sens roi,
Quand je marche,
 côté de toi.
Maurice Carême 

Papa
Oh ! Papa ! Toi qui sait tout,
Toi qui lis dans tous les livres,
Et même dans le journal,
Où les lettres sont si fines.
Oh ! Papa ! Devine ! Devine !
Ses yeux sont deux billes de verre,
Ses oreilles, feuilles de chou,
Il a mis la peau de son père,
Avec son nez en caoutchouc.
Il fait peur aux petits enfants.
Qu’est-ce-que-c’est ?
C’est l’éléphant !
Il dit tout ce qu’on lui fait dire.
Il est vert.
Il parle du nez.
Il nous demande avec colère,
Si nous avons bien déjeuné.
Oh ! Père, tu le reconnais ?
C’est un père, le perroquet ! 
George Duhamel 

Après la bataille
Mon père, ce héros au sourire si doux,
Suivi d’un seul housard qu’il aimait entre tous
Pour sa grande bravoure et pour sa haute taille,
Parcourait à cheval, le soir d’une bataille,
Le champ couvert de morts sur qui tombait la nuit.
Il lui sembla dans l’ombre entendre un faible bruit.
C’était un Espagnol de l’armée en déroute
Qui se traînait sanglant sur le bord de la route,
Râlant, brisé, livide, et mort plus qu’à moitié.
Et qui disait:  » A boire! à boire par pitié ! « 
Mon père, ému, tendit à son housard fidèle
Une gourde de rhum qui pendait à sa selle,
Et dit: « Tiens, donne à boire à ce pauvre blessé. « 
Tout à coup, au moment où le housard baissé
Se penchait vers lui, l’homme, une espèce de maure,
Saisit un pistolet qu’il étreignait encore,
Et vise au front mon père en criant: « Caramba! « 
Le coup passa si près que le chapeau tomba
Et que le cheval fit un écart en arrière.
 » Donne-lui tout de même à boire « , dit mon père.
Victor Hugo

Père et fille
 Elle avait pris ce pli, dans son âge enfantin,
De venir dans ma chambre un peu chaque matin.
Je l’attendais ainsi qu’un rayon qu’on espère.
Elle entrait et disait : « Bonjour, mon petit père ! »
Prenait ma plume, ouvrait mes livres, s’asseyait
Sur mon lit, dérangeait mes papiers et riait;
Puis soudain s’en allait comme un oiseau qui passe.
Alors je reprenais, la tête un peu moins lasse,
Mon oeuvre interrompue, et, tout en écrivant,
Parmi mes manuscrits je rencontrais souvent
Quelque arabesque folle qu’elle avait tracée,
Et maintes pages blanches entre ses mains froissées,
Où, je ne sais comment, venaient mes plus doux vers…
 Victor Hugo

Un Papa
Un papa rapluie
Qui me fait un abri
Quand j’ai peur la nuit
Un papa ratonnerre
Je ne sais pas quoi faire
Quand il est en colère
Un papa rasol
Avec qui je m’envole
Quand il rigole
Un papa tout court
Que je fête en ce jour
Avec tout mon amour
Pierre Ruaud

 


Petite histoire de la fête des pères

  < Poèmes précédents                                                          poèmes suivants>

Incoming search terms:

J'aimerais avoir votre avis sur cet article. Laissez une trace de votre passage....

error: Ce contenu appartient à © Légende-et-conte.com Si cet article vous intéresse, vous pouvez reprendre un extrait sur votre site (une dizaine de lignes) en citant bien évidemment la source. Si vous souhaitez utiliser l’intégralité de l’article, merci de nous contacter.
Site Protection is enabled by using WP Site Protector from Exattosoft.com
%d blogueurs aiment cette page :