Contes et comptines à lire en ligne

Noël en Macédoine et feux de Noël

koledarski-ogan,2014-Bitola,-ph. Blagoj Dimitrov 

Noël en Macédoine et feux de Noël

par Vera Lahcanska et Anastasia Ortenzio

En Macédoine, comme dans tous les pays orthodoxes qui suivent l’ancien calendrier julien,  Noël (Bojik) est célébré le 7 janvier.

 

C’est la veille qu’ont lieu la plupart des événements.

Le matin du 6 janvier, veille de Noël, c’est Kolede et les enfants vont quêter de maison en maison en chantant

Sac au dos et bâton à la main, ils vont en groupes et frappent aux portes avec leur bâton (actuellement les sonnettes sont le plus souvent utilisées …)  en chantant les kolede ou  koledarenie (chants de Noël plus ou moins paiëns)

« Kolediza, melediza
Iponea Vassilissa
Kako zvekie vo gradina
Ednas ni e vo godina
Aide mamo aide le
daimi edno costence
edno za mene, drugo za  Marinka …

(dire le nom d’un ami)

Jour de calende, jour.. ?de joie ?
Ensuite vient le jour de l’An
Ca n’arrive qu’une fois dans l’année
Comme une fleur dans le jardin.
Allez, maman, allez,
Donne-moi une petite châtaigne
Une pour moi et l’autre pour Marie…(ou autre)

 Pour Kolede, les gens ont préparé les dons en prévision de la quête des enfants  : châtaignes crues ou cuites à l’eau, noix, pommes, petits pains aux diverses formes d’animaux et d’enfants… Ils offrent aussi de toutes petites poires sauvages (environ 3 à 5 cm de diamètre) cuites dans l’eau car elles sont dures. Quand les enfants frappent à la porte, ils les leur offrent en leur souhaitant prospérité :  « Za mnogu godini » (littéralement  « Pour de nombreuses années »).

Toujours le même jour, mais au soir, les enfants reprennent leurs déambulations  de maison en maison. Ils portent des crèches avec les personnages emblématiques de Noël et chantent : les gens mettent de l’argent dans la crèche. A la fin de la tournée, les enfants se partagent le butin.

Rojdenstvo tvoe
Hriste Boje nas
(ce qu’ils chantent ici est de tradition chrétienne)

Siva siva
Golubiza
Kade si vo sise osivila
Tamu gore na nebeto
So imase, i sto nemase

….

 Pendant ce temps, les adultes préparent de grands brasiers.

rue de quartier de Bitola avec préparation du bûcher de Noël, 2014, ph. Blagoj. Dimitrov

   Installation de bûcher pour la nuit de Noël, quartier de Bitola, ph. Blagoj DimitrovAujourd’hui encore, à Bitola (Macédoine du Vardar), le soir du 6 janvier, de grands brasiers (koledarski ogan) sont allumés dans les rues : le plus grand est installé sur la grand’place de la ville. Les gens restent debout, autour du feu toute la nuit.  On leur sert une soupe de haricot (elle est délicieuse, ne faites pas la moue!) . Ils boivent du thé, de la rakia chaude (topla rakia), du vin chaud,  et dansent au son de la musique, produite par des musiciens ou parfois de radios (dans les petites ruelles). Il ne faut pas oublier que les hivers sont rudes en cette contrée et sacrifier aux traditions c’est bien mais il ne faut pas se refroidir ! Il n’y a pas si longtemps, lorsqu’on se chauffait encore au poêle, chacun prenait un ou deux charbons ardents de ce grand brasier et les ramenait chez lui pour allumer le feu de la maison : ils comptaient sur ces braises pour obtenir chance et protection pour l’année  à venir. Actuellement, seuls quelques anciens prennent encore de ces braises : l’eau des radiateurs a chassé le feu de bois, mais le grand brasier, lui, persiste. Et la tradition veut que tous, voisins, amis, hommes, femmes et enfants se réunissent cette nuit-là autour du grand feu.

Voir la vidéo du Brasier sur la grand-place de Bitola, et la convivialité autour du grand feu. (temps : 1’30)

(avec distribution de haricots et de rakia…)

Le même soir a lieu la messe de minuit, mais les gens préfèrent se regrouper autour du feu de la grand’place : ils iront à la messe le lendemain matin.
Le 7 janvier, c’est Noël (Bojik) , c’ezst une fête familiale et on se retrouve autour de la table pour partager le repas de fête  (On fait la même chose la veille du Nouvel An (le 13 janvier au soir)

Toute la tradition de Kolede et de Noël en moins de 3 minutes.

Chaque ville a sa propre coutume.

A Skopie, la veille de Noël au soir, on fait un repas maigre : sans viande « posna piperka », et on prépare des petits pains avec une pièce de monnaie dedans alors qu’à Bitola, c’est au Nouvel An (le 14 janvier) qu’est préparée la galette (maznik ou zelnik) avec la pièce porte-bonheur.

Noël en Macédoine, zelnik

zelnik au fromage et épinard avec la pièce porte-bonheur.

Note : Exactement 6 mois après Noël, le 24 juin,d’autres grands feux sont allumés, au solstice d’été donc, ce sont les feux de la saint Jean.
L’année des celtes était coupée en deux, il n’y avait donc que deux saisons : la saison claire et la saison sombre. Le passage de l’une à l’autre se faisait la nuit du 24 juin (Saint Jean d’été) et le 24 décembre (Saint Jean d’hiver) On allumait de grands feux et on festoyait autour : rondes, danses, jeux… On retrouve souvent cette symétrie dans la répartition du temps calendaire.

  • Texte Vera Lahcanska et Anastasia Ortenzio
  • Photo du feu et bûchers de Kolede à Bitola :  Blagoj Dimitrov

<tradition précédente                                                       tradition suivante>

Un commentaire

  1. Très intéressant!
    Je me demande dans quelle mesure, on ne retrouve pas dans cette tradition macédonienne une tradition (du feu et de la fête) zoroastrienne.

Vous avez votre mot à dire...

error: Ce contenu appartient à © Légende-et-conte.com Si cet article vous intéresse, vous pouvez reprendre un extrait sur votre site (une dizaine de lignes) en citant bien évidemment la source. Si vous souhaitez utiliser l’intégralité de l’article, merci de nous contacter.
Site Protection is enabled by using WP Site Protector from Exattosoft.com
%d blogueurs aiment cette page :