Contes et comptines à lire en ligne

L’odeur de mon pays poème de Lucie Delarue-Mardrus

l'odeur de mon pays dans une pomme, legende-et-conte.com  L’odeur de mon pays

poème de Lucie Delarue-Mardrus 

L’odeur de mon pays était dans une pomme.
Je l’ai mordue avec les yeux fermés du somme
Pour me croire debout dans un herbage vert.
L’herbe haute sentait le soleil et la mer,
L’ombre des peupliers, y allongeait ses raies,
Et j’entendais le bruit des oiseaux, plein les haies,
Se mêler au retour des vagues de midi.
Je venais de hocher le pommier arrondi,
Et je m’inquiétais d’avoir laissé ouverte,
Derrière moi, la porte au toit de chaume mou…
 
Combien de fois, ainsi, l’automne rousse et verte,
Me vit-elle au milieu du soleil et, debout,
Manger, les yeux fermés, la pomme rebondie
De tes prés, copieuse et forte Normandie!…
Ah! Je ne guérirai jamais de mon pays.
N’est-il pas la douceur des feuillages cueillis
Dans leur fraîcheur, la paix et toute l’innocence?
Et qui donc a jamais guéri de son enfance?…
———————-
  • Auteur : Lucie Delarue-Mardrus (1880-1945)
  • Ill. Anastasia Ortenzio

———————

<poème précédent                                                              poème suivant>

Incoming search terms:

J'aimerais avoir votre avis sur cet article. Laissez une trace de votre passage....

error: Ce contenu appartient à © Légende-et-conte.com Si cet article vous intéresse, vous pouvez reprendre un extrait sur votre site (une dizaine de lignes) en citant bien évidemment la source. Si vous souhaitez utiliser l’intégralité de l’article, merci de nous contacter.
Site Protection is enabled by using WP Site Protector from Exattosoft.com
%d blogueurs aiment cette page :