Contes et comptines à lire en ligne

Les trois souhaits

les-trois-souhaits-conteLes trois souhaits

conte de Jeanne-Louise Leprince de Beaumont

————–

Il y avait une fois un homme qui n’était pas fort riche ; il se maria et épousa une jolie femme. Un soir, en hiver, qu’ils étaient auprès du feu, ils s’entretenaient du bonheur de leurs voisins qui étaient plus riches qu’eux.

Oh ! si j’étais la maîtresse d’avoir tout ce que je souhaiterais, dit la femme, je serais bientôt plus heureuse que tous ces gens-là.

Et moi aussi, dit le mari ; je voudrais être au temps des fées, et qu’il s’en trouvât une assez bonne, pour m’accorder tout ce que je voudrais.

Dans le même temps, ils virent dans leur chambre une très belle dame, qui leur dit :

– Je suis une fée ; je vous promets de vous accorder les trois premières choses que vous souhaiterez ; mais prenez-y garde : après avoir souhaité trois choses, je ne vous accorderai plus rien.

La fée ayant disparu, cet homme et cette femme furent très embarrassés.

Pour moi, dit la femme, si je suis la maîtresse, je sais bien ce que je souhaiterais : je ne souhaite pas encore, mais il me semble qu’il n’y a rien de si bon que d’être belle, riche, et de qualité.

Mais, répondit le mari, avec ces choses on peut être malade, chagrin, on peut mourir jeune : il serait plus sage de souhaiter de la santé, de la joie, et une longue vie.

-Et à quoi servirait une longue vie, si l’on était pauvre, dit la femme, cela ne servirait qu’à être malheureux plus longtemps. En vérité, la fée aurait dû nous promettre de nous accorder une douzaine de dons ; car il y a au moins une douzaine de choses dont j’aurais besoin.

-Cela est vrai, dit le mari, mais prenons du temps : examinons d’ici à demain matin les trois choses qui nous sont les plus nécessaires, et nous les demanderons ensuite.

– J’y peux penser toute la nuit, dit la femme ; en attendant, chauffons-nous, car il fait froid.

En même temps, la femme prit les pincettes, et raccommoda le feu ; et comme elle vit qu’il y avait beaucoup de charbons bien allumés, elle dit, sans y penser :

Voilà un bon feu, je voudrais avoir une aune de boudin pour notre souper, nous pourrions le faire cuire bien aisément.

A peine eût-elle achevé ces paroles, qu’il tomba une aune de boudin par la cheminée.

Peste soit de la gourmande avec son boudin, dit le mari ; ne voilà-t-il pas un beau souhait, nous n’en avons plus que deux à faire ; pour moi, je suis si en colère, que je voudrais que tu eusses le boudin au bout du nez.

Dans le moment, l’homme s’aperçut qu’il était encore plus fou que sa femme ; car par ce second souhait, le boudin sauta au bout du nez de cette pauvre femme, qui ne put jamais l’arracher.

-Que je suis malheureuse ! s’écria-t-elle ; tu es un méchant, d’avoir souhaité ce boudin au bout de mon nez.

Je te jure, ma chère femme, que je n’y pensais pas, répondit le mari ; mais, que ferons-nous ? Je vais souhaiter de grandes richesses, et je te ferai un étui d’or, pour cacher ce boudin.

– Gardez-vous-en bien, reprit la femme, car je me tuerais s’il fallait vivre avec ce boudin qui est à mon nez : croyez-moi, il nous reste un souhait à faire, laissez-le moi, ou je vais me jeter par la fenêtre ; en disant ces paroles, elle courut ouvrir la fenêtre, et son mari, qui l’aimait, lui cria :

Arrête, ma chère femme, je te donne la permission de souhaiter tout ce que tu voudras.

-Eh bien, dit la femme, je souhaite que ce boudin tombe à terre.

Dans le moment, le boudin tomba, et la femme, qui avait de l’esprit, dit à son mari :

La fée s’est moquée de nous, et elle a eu raison. Peut-être aurions-nous été plus malheureux étant riches, que nous ne le sommes à présent. Crois-moi, mon ami, ne souhaitons rien, et prenons les choses comme il plaira à Dieu de nous les envoyer ; en attendant, soupons avec notre boudin, puisqu’il ne nous reste que cela de nos souhaits.

Le mari pensa que sa femme avait raison, et ils soupèrent gaiement, sans plus s’embarrasser des choses qu’ils avaient eu dessein de souhaiter.


  • Auteur : Jeanne-Louise Leprince de Beaumont
  • Illustration : Charles-Guillaume Steuben (remanié par Anastasia Ortenzio)

conte précédent           conte suivant

             Liste des contes      Liste des auteurs     Liste des thèmes

 Retour à l’accueil

————————–

  Conçu et proposé par Anastasia Ortenzio, conteuse

 __________________________________________________________________________________

 PUBLICITE OU PAS DE PUBLICITE?

Malgré les nombreuses sollicitations, je n’insère aucune publicité dans legende-et-conte.com afin de le rendre agréable à lire. La seule publicité que je m’autorise est celle de mes livres. En les achetant, vous aidez à la recherche de contes, comptines etc., à la traduction de contes inédits et à leur transmission sur ce site. C’est un geste d’encouragement  pour mon travail. 

Livres de mythologie pour les enfants dès 5/6 ans  (idéal pour CP et niveau primaire):

J’ai conté et continue à conter ces mythes dans des classes de maternelle et de primaire. Les enfants en sont friands. Ils peuvent ensuite conter à leur tour en utilisant les marottes à découper en fin d’album.

Livres de contes

Merci de votre visite

J'aimerais avoir votre avis sur cet article. Laissez une trace de votre passage....

error: Ce contenu appartient à © Légende-et-conte.com Si cet article vous intéresse, vous pouvez reprendre un extrait sur votre site (une dizaine de lignes) en citant bien évidemment la source. Si vous souhaitez utiliser l’intégralité de l’article, merci de nous contacter.
Site Protection is enabled by using WP Site Protector from Exattosoft.com
%d blogueurs aiment cette page :