Contes et comptines à lire en ligne

Le petit chaperon rouge, conte en ligne de Charles Perrault

Le petit chaperon Rouge conte en ligne de Perrault

  Le petit chaperon rouge

 conte en ligne de Charles Perrault (avec des notes à la fin du conte)

 

L’histoire du Petit Chaperon Rouge aurait pu se dérouler le jour de l’Épiphanie, en janvier donc. Sa grand-mère étant malade, la fillette lui apporta la galette.

Et si l’enfant n’avait pas eu à la lui apporter, elle n’aurait jamais rencontré le loup.
Est-ce une histoire de rituel ? De mise en garde ? De faim ? De gourmandise ?

De dévoration en tout cas : tel est mangé qui croyait manger !
—————

Il était une fois une petite fille de village, la plus jolie qu’on eût su voir ; sa mère en était folle, et sa mère-grand plus folle encore. Cette bonne femme lui fit faire un petit chaperon rouge, qui lui seyait si bien, que partout on l’appelait le Petit Chaperon rouge.

Un jour, sa mère, ayant cuit et fait des galettes, lui dit :

Va voir comme se porte ta mère-grand, car on m’a dit qu’elle était malade. Porte-lui une galette et ce petit pot de beurre.

Le Petit Chaperon rouge partit aussitôt pour aller chez sa mère-grand, qui demeurait dans un autre village. En passant dans un bois elle rencontra compère le Loup, qui eut bien envie de la manger ; mais il n’osa, à cause de quelques bûcherons qui étaient dans la forêt. Il lui demanda où elle allait ; la pauvre enfant, qui ne savait pas qu’il est dangereux de s’arrêter à écouter un Loup, lui dit :

– Je vais voir ma mère-grand, et lui porter une galette avec un petit pot de beurre, que ma mère lui envoie.
– Demeure-t-elle bien loin ? lui dit le Loup.
– Oh ! oui, dit le Petit Chaperon rouge, c’est par-delà le moulin que vous voyez tout là-bas, à la première maison du village.
– Eh bien, dit le Loup, je veux l’aller voir aussi ; je m’y en vais par ce chemin-ci, et toi par ce chemin-là, et nous verrons qui plus tôt y sera.

Le Petit chaperon rouge

Le petit chaperon rouge par Eduardo Masias

Le loup se mit à courir de toute sa force par le chemin qui était le plus court, et la petite fille s’en alla par le chemin le plus long, s’amusant à cueillir des noisettes, à courir après des papillons, et à faire des bouquets des petites fleurs qu’elle rencontrait.
Le loup ne fut pas longtemps à arriver à la maison de la mère-grand ; il heurte :
-Toc, toc.
-Qui est là ?
-C’est votre fille le Petit Chaperon rouge (dit le Loup, en contrefaisant sa voix) qui vous apporte une galette et un petit pot de beurre que ma mère vous envoie.

La bonne mère-grand, qui était dans son lit à cause qu’elle se trouvait un peu mal, lui cria :
-Tire la chevillette, la bobinette cherra.
Le Loup tira la chevillette et la porte s’ouvrit. Il se jeta sur la bonne femme, et la dévora en moins de rien ; car il y avait plus de trois jours qu’il n’avait mangé. Ensuite il ferma la porte, et s’alla coucher dans le lit de la mère-grand, en attendant le Petit Chaperon rouge, qui quelque temps après vint heurter à la porte.
-Toc, toc.
-Qui est là ?
Le Petit Chaperon rouge, qui entendit la grosse voix du Loup eut peur d’abord, mais croyant que sa mère-grand était enrhumée, répondit :
-C’est votre fille le Petit Chaperon rouge, qui vous apporte une galette et un petit pot de beurre que ma mère vous envoie.
Le Loup lui cria en adoucissant un peu sa voix :
Tire la chevillette, la bobinette cherra.
Le Petit Chaperon rouge tira la chevillette, et la porte s’ouvrit. Le Loup, la voyant entrer, lui dit en se cachant dans le lit sous la couverture :
-Mets la galette et le petit pot de beurre sur la huche, et viens te coucher avec moi.
Le Petit Chaperon rouge se déshabille, et va se mettre dans le lit, où elle fut bien étonnée de voir comment sa mère-grand était faite en son déshabillé. Elle lui dit :
-Ma mère-grand, que vous avez de grands bras ?
-C’est pour mieux t’embrasser, ma fille.
-Ma mère-grand, que vous avez de grandes jambes ?
-C’est pour mieux courir, mon enfant.
-Ma mère-grand, que vous avez de grandes oreilles ?
-C’est pour mieux écouter, mon enfant.
-Ma mère-grand, que vous avez de grands yeux ?
-C’est pour mieux voir, mon enfant.
-Ma mère-grand, que vous avez de grandes dents.
-C’est pour te manger.
Et en disant ces mots, ce méchant Loup se jeta sur le Petit Chaperon rouge, et la mangea.

MORALITÉ
On voit ici que de jeunes enfants,
Surtout de jeunes filles
Belles, bien faites, et gentilles,
Font très mal d’écouter toute sorte de gens,
Et que ce n’est pas chose étrange,
S’il en est tant que le Loup mange.
Je dis le Loup, car tous les Loups
Ne sont pas de la même sorte ;
Il en est d’une humeur accorte,
Sans bruit, sans fiel et sans courroux,
Qui privés, complaisants et doux,
Suivent les jeunes Demoiselles
Jusque dans les maisons, jusque dans les ruelles ;
Mais hélas ! qui ne sait que ces Loups doucereux,
De tous les Loups sont les plus dangereux.

FIN


————
Note

Le-petit chaperon-Rouge-par-Cyprienne Kemp

Le petit chaperon rouge par Cyprienne Kemp

Vous pouvez trouver la version nivernaise du Chaperon rouge (ou conte de la mère-grand)  illustré par Cyprienne Kemp, aux éditions Obriartéditions livres d’artistes 

Ce conte appartient à la tradition orale et il en existe de nombreuses versions dont les plus connues sont celles de Perrault (ci-dessus) et celle de Grimm. La version Nivernaise est davantage connue par les conteurs qui sont toujours curieux et soucieux de comparer les textes fixés dans les différentes régions et pays. Cette dernière est extrêmement crue et choque de nombreux lecteurs (la fillette mange la chair et boit le sang de son aïeule…-ça ne vous rappelle rien ? Mais au féminin cette fois).
Je me souviens de la réaction d’une auditrice, bouleversée de l’avoir entendue : « C’est inadmissible de conter cela aux gens, le conte, ce n’est pas ça ! ». Elle pensait que le conteur avait inventé cette version « gore » du Petit Chaperon Rouge, tant les images correspondaient à certain goût  « trash » de notre époque moderne.

Curieusement,  aujourd’hui encore et malgré les nombreux articles parus, beaucoup de gens continuent à croire que le conte est quelque chose d’édulcoré, fait pour endormir !
Il existe pourtant un vaste registre de contes allant du facétieux à l’érotique en passant par le merveilleux, la sagesse… le choix est grand !
Mais les conteurs et conteuses sont responsables de leur répertoire … ils ne disent que les contes qu’ils choisissent de dire et le public n’écoute que  ce qu’il veut entendre !

Je ne vais pas m’étendre sur les différentes interprétations de ce conte. Vous les trouverez partout sur le net. Il y en a de psychanalytiques (Bruno Bettelheim et le cycle menstruel), des ethnologiques, sociologiques (Yvonne Verdier et l’initiation de fillettes ), folklorique (Saintyves et la couronne de mai)…
Paul Delarue et Marue-Louise Ténèze en ont recueilli plus de 30 versions que vous pourrez retrouver dans le « Le Conte Populaire Français, Catalogue raisonné des versions de France ».

Petite remarque : lors de  l’Épiphanie, les vieux Rois Mages apportent des cadeaux à l’enfant et on offre la galette des rois. Ici les rôles sont inversés : c’est un enfant qui apporte la galette au risque de sa vie. L’Enfant à qui les vieux rois apportent des cadeaux, mourra après avoir dit « prenez et mangez ceci est ma chair…. mon sang »; l’enfant qui apporte le cadeau (la galette) à son aïeule mourra après avoir bu le sang et mangé la chair de l’aïeule. Cela reste une marque de filiation… non? 😉  Anastasia Ortenzio

 Autres contes en ligne de Charles  Perrault  

  1.  Barbe Bleue
  2. Cendrillon
  3. Le chat botté ou le maître chat
  4. Les fées
  5. Peau d’Äne
  6. Le Petit Chaperon Rouge
  7. Le Petit Poucet

Liste des contes publiés par ordre alphabetique : Liste des contes en ligne
Liste des contes en ligne  par auteur : Liste des contes par auteur

<conte précédent                                                                          conte suivant>

Incoming search terms:

7 Commentaires

  1. Les textes son de vrai conte traditionnels

  2. Très bon avec beaucoup d action.

  3. grave !!

  4. Où peut-on trouver la version nivernaise ?

    • La version nivernaise -ainsi que d’autres versions du Chaperon Rouge- a été recueillie par Delarue et Ténèze et est parue dans « Le Conte Populaire Français ». Cet immense travail fut publié en 4 volumes. Il est aujourd’hui ré-édité en un seul volume par Maisonneuve & Larose. Cette maison d’édition n’existe plus et il vous faudra chercher parmi les livres d’occasion… mais peut=être un jour, mettrai-je cette version sur ce blog. Bonne chance.

      • Merci pour votre réponse
        en espérant le lire prochainement

    • Mais j’y pense : Cyprienne Kemp a illustré la version du chaperon rouge (conte nivernais). Je vous indique son lien (je le mettrai dans l’article aussi https://www.facebook.com/photo.php?fbid=351812594907615&set=a.351812474907627.85215.351631798259028&type=1&theater

J'aimerais avoir votre avis sur cet article. Laissez une trace de votre passage....

error: Ce contenu appartient à © Légende-et-conte.com Si cet article vous intéresse, vous pouvez reprendre un extrait sur votre site (une dizaine de lignes) en citant bien évidemment la source. Si vous souhaitez utiliser l’intégralité de l’article, merci de nous contacter.
Site Protection is enabled by using WP Site Protector from Exattosoft.com
%d blogueurs aiment cette page :