Contes et comptines à lire en ligne

Le fantôme de Maco, légende américaine

Fantome de Maco avec lanterne

Lanterne à la main Joe errait le long de la voie ferrée, à la recherche de sa tête perdue.

Le fantôme de Maco

Légende américaine

 L’histoire des chemins de fer en Amérique fut ponctuée de batailles et d’évènements tragiques. Les trains fumants et sifflants, qu’on appela les chevaux de fer, ne manquèrent pas de  susciter des légendes.

Je vous en propose une très peu connue en France. Voici l’histoire du fantôme de Joe Baldwin, conducteur de train.

(Cette légende américaine m’a gentiment été transmise par Marcel Turbiaux que je remercie).

 ———————-

Cela se passait au tout début des voyages par chemin de fer aux Etats Unis, vers les années 1860. Les wagons étaient alors attachés entre eux par un système de crochets. A chaque correspondance, les responsables de chaque voiture devaient se placer entre deux wagons pour attacher les nouvelles voitures.
Joe Baldwin était affecté à la dernière voiture du train et il avait toujours mis un point d’honneur à ce que son travail soit toujours bien fait. Mais un soir, les choses ne se sont pas passées comme d’habitude.
La nuit était bien avancée et le train approchait de la petite gare de « Farmer’s Turnout (actuellement gare de Maco en Caroline du Nord) lorsque Joe remarqua que son wagon ralentissait de façon inquiétante. Perplexe, il alla jeter un coup d’œil à l’avant de la voiture pour comprendre ce qui se passait. Son cœur fit un bond lorsqu’il découvrit que son wagon s’était détaché du train qui, lui, continuait à filer … et c’est l’angoisse au ventre qu’il le vit disparaitre derrière les broussailles.
Sa voiture s’était maintenant arrêtée au milieu de nulle part. Comme si cela ne suffisait pas, voilà qu’un long sifflement strident annonça un train arrivant à toute allure.
Aussitôt, Joe attrapa sa lanterne et commença à l’agiter frénétiquement au dessus de sa tête pour signaler sa présence au conducteur de l’autre locomotive. Mais celui-ci ne semblait pas l’apercevoir, au contraire le train semblait accélérer, grondant de plus en plus fort et lançant son terrible sifflement.
Quoique effrayé, Joe s’était placé devant son wagon afin que sa lumière fut bien visible mais il avait beau agiter ses bras et hurler à tue-tête, il comprit rapidement que le conducteur de l’autre train ne voyait pas son signal et ses cris se perdirent dans le grondement du train. Il agita bravement sa lanterne jusqu’au dernier moment, espérant arrêter la course endiablée du cheval de fer.
Dans un bruit de ferraille épouvantable et de grincements métalliques, la locomotive accrocha le wagon à l’arrêt et l’entraîna dans sa course sur quelques mètres encore. Le choc entre les deux trains fut si rude que Joe fut écrasé et que sa tête fut séparée de son corps.
On retrouva la lanterne de Joe encore allumée à quelques mètres de là entre les roues encore fumante des wagons, mais on eût beau chercher sa tête, on ne la retrouva jamais.

Peu de temps après ce fatal accident, une lumière mystérieuse apparut sur les voies de la petite gare de Maco. Elle se manifestait auprès des rails au loin et s’agitait frénétiquement comme pour signaler à un train fantôme de s’arrêter.
On comprit qu’il s’agissait du fantôme sans tête de Joe Baldwin qui, lanterne à la main errait de nuit le long de la voie ferrée, à la recherche de sa tête perdue.
Quelques années plus tard, une deuxième lumière très brillante apparut à l’opposé de la première. Elles se dirigeaient en direction l’une de l’autre. C’était la tête de Joe Baldwin recherchant son corps à la lueur de cette autre lanterne! Chaque partie de corps cherchait sa moitié disparue. Chaque nuit ces deux lumières arpentaient le chemin de fer inlassablement. Elles disparurent lors du terrible tremblement de terre de 1886 mais réapparurent peu de temps après. Joe Baldwin avait repris ses recherches car son corps fantôme n’aurait de repos que lorsqu’il aurait retrouvé sa tête.

De nombreux voyageurs et conducteurs de locomotive furent témoins de ces feux et rapportèrent ces faits. Certains pensaient que le fantôme sans corps cherchait désespérément sa tête, et d’autres assuraient que le fantôme de Joe ne faisait que rejouer sans cesse les derniers instants de sa vie, essayant vainement d’arrêter la course folle du train avant qu’il ne s’écrase contre son wagon sans défense.

Malheureusement, dupés par ces lumières, de nombreux conducteurs de trains s’arrêtaient lorsqu’ils les voyaient et ils étaient bien étonnés de n’apercevoir aucun autre train à l’horizon. Ces lumières trompeuses faisaient prendre beaucoup de retard aux trains, alors on instaura un stratagème. Afin que les conducteurs sachent distinguer les vraies signalisations des signalisations fantômes, les aiguilleurs de Maco utilisent désormais deux lanternes au lieu d’une : la lumière de l’une est verte et l’autre blanche.

FIN

Auteur : Anastasia Ortenzio d’après une légende américaine de Caroline du Nord ( USA).
Source : Vous pourrez retrouver cette legende dans « A tresury of Railroad folklore », Ed. B.A. Botkin& A. F. Harlow

<Conte précédent               Conte suivant>         Revenir à l’accueil

Ecoutez  l’histoire racontée par Anastasia Ortenzio et Delphine Rabasté  sur SNCF LA RADIO (diffusé en octobre 2014):

 

J'aimerais avoir votre avis sur cet article. Laissez une trace de votre passage....

error: Ce contenu appartient à © Légende-et-conte.com Si cet article vous intéresse, vous pouvez reprendre un extrait sur votre site (une dizaine de lignes) en citant bien évidemment la source. Si vous souhaitez utiliser l’intégralité de l’article, merci de nous contacter.
Site Protection is enabled by using WP Site Protector from Exattosoft.com
%d blogueurs aiment cette page :