Contes et comptines à lire en ligne

Le diable danseur

le-diable-danseur-conte

Le diable danseur

Conte français

Résumé : Lors d’un bal, une jeune fille danse avec un étranger qui s’avère être le diable. Un invité s’en apercevra et essaiera de la sauver .


 

Un jour, dans une noce de campagne, une jeune fille que personne n’avait invitée à danser, s’écria :

Toutes les autres ont trouvé des danseurs ; j’en veux un aussi, moi, serait-ce le diable!

Peu après qu’elle eut dit ces paroles, un monsieur que personne ne connaissait entra dans la maison, salua la compagnie, et vint inviter la jeune fille. Elle accepta volontiers et n’eut pas à se plaindre de son cavalier, car il dansait mieux qu’aucun des gens de la noce, et, à la fin des figures, il enlevait sa danseuse dans ses bras comme si elle n’avait pas plus pesé qu’un enfant.

Un des assistants remarqua que l’étranger avait les pieds faits comme ceux d’un poulain, et il se hâta d’aller avertir le prêtre. Celui-ci n’était pas fort aise de venir (car, paraît-il, les combats avec le diable sont pénibles pour les exorcistes).  Il  consentit pourtant à se déranger, et il arriva dans l’aire de la ferme à un moment où l’on finissait une danse, et où chacun allait boire : le diable prenait sa moque de cidre comme les autres. Le recteur fit avertir la danseuse de venir lui parler, et il lui recommanda, quand son cavalier reviendrait la prendre, de laisser, comme par mégarde, tomber à terre son mouchoir.

La fille rentra et fit ce qui lui avait été ordonné, et comme son danseur se baissait pour ramasser le mouchoir, le prêtre, qui était aux aguets, lui passa vivement une étole autour du cou. Quand le diable se vit pris, il dit :

Voilà une chose qui me fait bien du tort : si la fille avait encore dansé quatre contre-danses avec moi, je l’aurais emmenée danser ailleurs.

Le recteur lui commanda de s’en aller en fumée ou en vent.

En fumée, dit le diable, j’étoufferais tous ces gens-ci qui m’ont donné du cidre à boire et qui ont été bien honnêtes avec moi ; j’aime mieux m’en aller en vent.

Il ne fit pas grand mal à la maison ; mais dans un verger qui y touchait, il abattit vingt pommiers.


  • Conté par Aimé Pierre, de Liffré (Contes populaires en Haute Bretagne, Maisonneuve et Larose)
  • Illustration : Anonyme

 ♥Liste des contes     ♦Liste des auteurs     ♣Liste des thèmes


 <conte précédent                      conte suivant>

Retour à la catégorie contes            Retour à l’accueil

——————————————

  Conçu et proposé par Anastasia Ortenzio, conteuse


PUBLICITE OU PAS DE PUBLICITE?

Malgré les nombreuses sollicitations, je n’insère aucune publicité dans ce blog afin de le rendre agréable à lire. La seule publicité que je m’autorise est celle des livres que je publie. Vous pouvez soutenir mon travail en les achetant auprès des libraires ou en ligne chez les éditeurs. Vous aidez à la recherche, la traduction de contes inédits et à leur transmission sur ce site.

Livres de mythologie pour les enfants dès 5/6 ans (idéal pour CP et niveau primaire):

Livres de contes

Merci de votre visite et de votre soutien

 

2 Commentaires

  1. les contes sont l’essence de la vie.J’adore

J'aimerais avoir votre avis sur cet article. Laissez une trace de votre passage....

error: Ce contenu appartient à © Légende-et-conte.com Si cet article vous intéresse, vous pouvez reprendre un extrait sur votre site (une dizaine de lignes) en citant bien évidemment la source. Si vous souhaitez utiliser l’intégralité de l’article, merci de nous contacter.
Site Protection is enabled by using WP Site Protector from Exattosoft.com
%d blogueurs aiment cette page :