Contes et comptines à lire en ligne

La reine des abeilles, conte des frères Grimm

La-reine-des-abeilles-La reine des abeilles, conte des frères Grimm

traduit par Anastasia Ortenzio

—————

Résumé : Dans le conte intitulé La reine des abeilles, trois frères rencontrent au cours de leurs aventures  des fourmis, des abeilles et un château hanté. Là ils doivent subir trois épreuves : retrouver des perles, puis une clé puis reconnaître une jeune fille parmi trois autres.  Qui remportera les épreuves : les deux aînés ou leur cadet qu’ils appellent le Petit Nigaud?


Deux fils de roi partis chercher l’aventure, se jetèrent dans une vie de débauche si dissolue  qu’ils  ne rentrèrent plus chez eux. Leur frère cadet, qu’on appelait le Petit Nigaud, s’en alla à leur recherche ; mais, quand il les eut retrouvés, il subit leurs moqueries. Il était bien naïf de croire qu’il pourrait se diriger dans un monde où eux-mêmes – qui  étaient bien plus malins que lui – s’étaient fourvoyés !

Ils se mirent en route ensemble et ils arrivèrent devant une fourmilière. Les deux aînés voulurent la détruire pour voir les petites fourmis  affolées courir en emportant leurs œufs, mais le Petit Nigaud dit : « Laissez ces pauvres bestioles tranquilles, je ne supporterai pas qu’on leur fasse du mal ».

Ils continuèrent leur chemin et arrivèrent  auprès d’un lac où nageaient de nombreux canards. Les deux frères voulurent en capturer deux pour les faire rôtir, mais le Nigaud répéta « Laissez ces pauvres bêtes tranquilles, je ne tolèrerai pas que vous les tuiez »

Ils arrivèrent enfin auprès d’un arbre où se trouvait  une ruche  remplie de tant de miel qu’il en coulait le long du tronc. Les deux aînés voulurent  allumer un feu sous l’arbre afin de suffoquer les abeilles  et s’emparer du miel. Mais le Nigaud les remit en garde : «Laissez ces pauvres bêtes tranquilles, je ne tolèrerai pas que vous les brûliez».

Les trois frères parvinrent  à un château : dans les écuries il n’y avait que des chevaux de pierre et on n’y voyait âme qui vive.  Ils traversèrent toutes les pièces jusqu’à ce qu’ils furent  devant une porte fermée par trois serrures. Au milieu de la porte il y avait un œilleton par lequel ils aperçurent une salle. Ils y virent un petit bonhomme gris assis à une table. Ils l’appelèrent une fois, deux fois, mais il ne les entendait pas. Lorsqu’ils l’appelèrent pour la troisième fois, il se leva, ouvrit et sortit de la pièce pour les rejoindre. Sans un mot, il les conduisit vers une table richement servie et lorsqu’ils eurent  bu et mangé, il attribua une chambre à chacun.

abeille

Le lendemain matin le petit homme se rendit auprès de l’aîné des frères et lui faisant signe de le suivre, le mena devant une table de pierre sur laquelle étaient inscrites les trois épreuves qu’il devait accomplir pour libérer le château du sortilège. La première tâche était d’aller chercher en forêt  les mille perles de la princesse dispersées dans la mousse ; mais si au coucher du soleil il en manquait une seule, l’homme serait transformé en statue de pierre.

L’aîné passa toute la journée à chercher les perles mais au crépuscule il n’en avait trouvé que cent et, ainsi qu’il était écrit sur la pierre, il fut transformé en pierre. Le jour suivant le deuxième frère tenta l’aventure mais il ne réussit pas mieux que son aîné : il ne trouva que deux cents perles et fut changé en pierre. Ce fut enfin au tour du Petit Nigaud de chercher les perles dans la mousse, mais c’était difficile de les trouver et il mettait tellement de temps ! Il s’assit sur une pierre et se mit à pleurer. Comme il restait assis, le roi des fourmis auquel il avait autrefois sauvé la vie, arriva avec cinq mille fourmis et  il ne leur fallut pas longtemps pour trouver toutes les perles et les rassembler en un seul tas.

La deuxième épreuve consistait à repêcher  dans le lac, la clef de la chambre à coucher de la princesse. Quand le benêt  approcha de l’eau, les canards qu’il avait sauvés vinrent à sa rencontre, plongèrent et rapportèrent la clef du fond du lac.

Mais la troisième épreuve était la plus difficile : parmi trois princesses endormies, il fallait reconnaître la plus jeune et la plus aimable.  Elles se ressemblaient parfaitement, et rien ne les distinguait sinon qu’avant de s’endormir elles avaient pris quelques friandises : l’aînée avait mangé un morceau de sucre, la seconde avait bu un peu de sirop, et la troisième avait avalé une cuillerée de miel.

Mais la reine des abeilles que le jeune homme avait sauvées du feu arriva. Elle goûta  la bouche des trois jeunes filles et elle resta posée sur les lèvres de celle qui avait mangé du miel : le prince la reconnut  ainsi.

Alors, l’enchantement cessa, tout ce qui avait été livré au sommeil s’éveilla et ceux qui étaient changés en pierres reprirent la forme humaine. Le Petit Nigaud épousa la plus jeune et la plus aimable des princesses, et devint roi après la mort de son père. Quant à ses deux frères, ils épousèrent les deux autres sœurs.

FIN


  • Auteur : Les frères Grimm (Die Bienenkönigin)
  • Traduction : Anastasia Ortenzio
  • Illustration Walter Crane
  • Colorisé par legende-et-conte

————————–

 <Conte précédent                    conte suivant>                 Revenir à l’accueil

—————————-

Anastasia Ortenzio, conteuse

Incoming search terms:

Un commentaire

  1. Coucou ! Merci pour le partage 😉 ! Ma petite adore les récits de frères Grimm (elle a l’habitude de les écouter sur cette appli pour enfants : https://itunes.apple.com/fr/app/badabim-lapplication-pour-enfants/id896181207?mt=8 ). D’ailleurs, quand je lui ai lu celle-ci, elle était tout émue quand le prince a reconnu la princesse 😀 !

J'aimerais avoir votre avis sur cet article. Laissez une trace de votre passage....

error: Ce contenu appartient à © Légende-et-conte.com Si cet article vous intéresse, vous pouvez reprendre un extrait sur votre site (une dizaine de lignes) en citant bien évidemment la source. Si vous souhaitez utiliser l’intégralité de l’article, merci de nous contacter.
Site Protection is enabled by using WP Site Protector from Exattosoft.com
%d blogueurs aiment cette page :