Contes et comptines à lire en ligne

La fête Qingming, légende chinoise

la fête du Qinming, conte chinois à lire en ligne

La fête Qingming 

 Légende chinoise

Conte de printemps

 

La fête de Qingming  ou la fête des morts (le 4 ou 5 avril) en Chine  est liée à une légende et à un rite chinois qui datent de plus de deux mille ans, de l’époque dite des Printemps et des Automnes.

 

En ce temps-là Chong Er, prince de Jin, fut chassé de son royaume par un ministre qui avait comploté contre lui.

Condamné à l’exil, ce prince fit la douloureuse expérience d’être abandonné de tous ceux qui avaient prétendu être ses amis et dignitaires dévoués.  Un seul le suivit dans son exil : Jie Zhitui. Ils errèrent tels des vagabonds, mendiant leur nourriture de village en village. Jie Zhitui non seulement partageait les tourments du prince, mais il se privait souvant pour que celui-ci puisse assouvir sa faim : il alla jusqu’à se couper un morceau de chair afin de nourrir son seigneur. Finalement, au bout de dix-neuf ans, ils revinrent dans leur pays et Chong Er put récupérer son trône. Il récompensa alors tous ceux qui lui étaient restés fidèles, en les anoblissant et en leur accordant des richesses. Malheureusement, dans la distribution de ses bienfaits, Chong Er oublia de récompenser celui qui lui avait été fidèle depuis le début, celui qui avait partagé son exil et ses épreuves, celui qui s’était sacrifié pour lui : Jie Zhitui.

Abattu, blessé par l’ingratitude de Chon Er, Jie Zhutui décida de quitter le prince et sa cour et d’aller se réfugier dans la forêt, là-haut dans la montagne Mianshan. Comme il vivait avec sa vieille mère, il l’emmena avec lui. Elle était vieille et fatiguée, aussi la porta-t-il sur son dos tout le long du chemin jusqu’au sommet de la montagne.

Le départ de Jie Zhui fut commenté par toute la population et la nouvelle parvint jusqu’aux oreilles de Chong Er. Il se souvint alors de l’abnégation dont son compagnon d’infortune avait fait preuve pendant de longues années. Il eut soudain conscience d’avoir oublié de récompenser le plus intègre de ses hommes et pris de remords, il le fit chercher afin de lui rendre les honneurs qui auraient du lui être rendus. Mais la montagne était très vaste et les hommes eurent beau fouiller chaque grotte, ils eurent beau chercher dans les taillis et les rochers, ils ne le trouvèrent pas.

Un dignitaire trop zélé eut l’idée de mettre le feu à la forêt afin que Jie Zhitui sorte de sa cachette. On brûla donc la forêt. L’incendie fut visible de très loin, la fumée piquait aux yeux, la montagne ne fut bientôt qu’un vaste brasier et le feu dura longtemps, très longtemps. Lorsqu’il s’éteignit, Jie Zhithui n’était toujours pas sorti. Il avait péri dans les flammes.

Chong Er en fut profondément attristé.

 Pour se racheter, il ordonna que le jour anniversaire de la mort de Jie Zhitui, aucun feu ne brûle, ni pour se réchauffer, ni pour cuire, ni pour tout autre chose. Ce jour-là, tous devraient manger froid et rendre un culte au héros.

Lorsque l’année qui suivit, le prince Chong Er revint en pèlerinage sur les lieux, il découvrit qu’un saule avait poussé à l’endroit où Jie Zhitui était mort. Il en coupa une branchette et la fixa sur son vêtement. Les années qui suivirent, tous firent de même, accrochant un petit rameau de saule à sa porte ou à son vêtement.

La coutume de ne pas faire de feu ce jour-là ne s’est pas maintenue, mais celle de planter des saules et de porter des offrandes sur les tombes des ancêtres persiste jusqu’à nos jours.

FIN

——————–

Auteur : Sou-Seng d’après une légende traditionnelle

Lieu de Collectage : Chine

Type : Conte étiologique, Conte de saison, Légende calendaire associée à un rituel de printemps, en avril

Coloriage associé : Fillette lors de la plantation d’un saule

———————–

Commentaire:

Le mois d’avril est en Occident synonyme de printemps et de renaissance de la nature. Souvent la fête de Pâques arrive ce mois-là et les enfants recherchent les œufs et les lapins en chocolat dans les jardins. Il n’en va pas de même en Chine.

Le début du mois d’avril (le 4 ou le 5), marque en Chine la Fête de Qinming qui est l’équivalent de la fête des morts en Occident.

Ce jour-là femmes, enfants, hommes, se promènent dans la campagne, et apportent des offrandes qu’ils déposent sur les tombes de leurs ancêtres qu’ils nettoient pour l’occasion.

Ils portent des fleurs et des branches de saule vert pour conjurer le mauvais sort et prient pour apaiser les âmes errantes et détourner les influences maléfiques.

Le jour de Qing Ming est férié dans toute la Chine. Il est dédié au souvenir des ancêtres et au nettoyage des tombes.

___________________________________________________________________________________

< Conte précédent                                                                                Conte suivant >

Incoming search terms:

Un commentaire

  1. oui beaucoup

J'aimerais avoir votre avis sur cet article. Laissez une trace de votre passage....

error: Ce contenu appartient à © Légende-et-conte.com Si cet article vous intéresse, vous pouvez reprendre un extrait sur votre site (une dizaine de lignes) en citant bien évidemment la source. Si vous souhaitez utiliser l’intégralité de l’article, merci de nous contacter.
Site Protection is enabled by using WP Site Protector from Exattosoft.com
%d blogueurs aiment cette page :