Contes et comptines à lire en ligne

Février et la Chandeleur

En février on offrait des sacrifices au Dieu des Enfers pour les mânes des morts

En février on offrait des sacrifices au Dieu des Enfers pour les mânes des morts

Février  et la Chandeleur

Commençons par le commencement…

Février mois des morts

Cela en surprendra sans doute certains, mais février fut longtemps considéré comme le mois mauvais (on le choisit bien : il est le plus court de l’année !). En effet, chez les Romains, ce mois était dédié à Februos, surnom de Pluton, dieu des morts et des enfers. Pendant douze jours on célébrait des fêtes pendant lesquelles on offrait des sacrifices pour les mânes des défunts. Ces sacrifices devaient rendre les dieux de l’enfer propices aux morts (selon Pline). On pouvait ensuite démarrer l’année le coeur léger (l’année romaine démarrait le 1er mars, qui avec le printemps marquait aussi le recommencement des activités agraires , demeurées au repos pendant l’hiver).

Février : mois de la Purification

« Februa » en latin signifie « purification ». Certains pensent qu’il descendrait même d’un mot d’origine arabe « phar ou phavar » qui désigne un plat spécifique pour les parturientes afin de les débarrasser des dernières impuretés restées dans la matrice après l’accouchement ou pour leur redonner des forces. Cette coutume est maintenue de nos jours dans certaines régions et pays. (Au mois de mai dernier, je m’étais rendue dans un village du Maroc où on m’avait parlé de ce plat auquel j’ai goûté : mets délicieux et très reconstituant).

Cette information devient intéressante si on la relie au fait que les Romains donnèrent le surnom de Februa ou Februata à Junon. Cette divinité délivrait les femmes de ces mêmes impuretés après avoir présidé à leur accouchement et leur avoir épargné les douleurs de l’enfantement. C’est donc tout naturellement que les fêtes fébruales, célébrées en février lui étaient consacrées.

Février est donc une période charnière de purification (comme les Lupercales dont je parlerai dans mon article sur le carnaval et l’homme sauvage)   pendant laquelle on célébrait à la fois le dieu de la mort et celle de la naissance, on fêtait les défunts et les nouveau-nés, le deuil et la fertilité, une fin et un recommencement.

2 Février : Purification de la Vierge

2 Février : Purification de la Vierge

  C’était il y a longtemps, me direz-vous. Peut-être… Pourtant, de nos jours n’est-ce pas la Purification de la Vierge Marie que célèbre l’Eglise le 2 février ? Quarante jours après Noël, soit après un cycle d’une lunaison et demie, on fête ses relevailles et la présentation de Jésus au Temple, selon une tradition juive c’est aussi la période où – selon la tradition populaire – l’ours sort de son hibernation : s’il fait beau il retournera dans sa tanière pour 40 jours encore, mais s’il fait mauvais il restera dehors. (L’ours est considéré comme la personnification du soleil)

Et la coutume de la chandeleur alors ?

– A la Chandeleur, les jours ont cru de plus d’une heure
– A la Chandeleur verdure, à Pâques neige dure

On dit que la fête des chandelles fut instaurée en souvenir de la Purification de Marie, le 2 février, date à laquelle les fidèles défilaient en procession avec des cierges allumés et bénits. Les paysans gardaient toute l’année cette chandelle dotée de vertus bénéfiques, pour protéger leur foyer. Ils l’allumaient lorsque la foudre menaçait de tomber sur la maison ou lorsque quelqu’un était gravement malade.

Quasiment à la même date, chez les celtes, la fête des lumières ou d’Imbolc dédiée à sainte Brigitte la Brillante, célébrait au 1er février la purification et la fertilité de la terre. Les paysans parcouraient alors les champs avec des flambeaux en priant la déesse de rendre la terre féconde aux prochaines semailles. (Remarquons que ce rituel était présent -en Normandie notamment- il y a quelques dizaines d’années encore, où pour assurer la fertilité des champs on s’y promenait avec des torches).

Et les crêpes ? 

Hop! Et on retourne la lune comme une crêpe!

Hop! Et on retourne la lune comme une crêpe!

L’important ce jour n’est pas tant de manger les crêpes que de les faire sauter !
Le tout c’est de les retourner comme la lune car il faut que l’hiver et le froid laissent la place au printemps.
Mangez, mangez la vieille lune et qu’apparaisse la nouvelle !
Que l’ingestion de ce mets spécifique, favorise l’accouchement du renouveau.

Bon appétit mes ogres !

Anastasia Ortenzio


Illustrations
-L’enfer par Jerôme Bosch (détail)
-La présentation de Jésus au Temple par Mantegna (détail)
– La crêpelune par Anastasia Ortenzio

 

<article précédent : L’ancêtre du clown Auguste                                                              article suivant>

Incoming search terms:

3 Commentaires

  1. très intéressant, est instructive et mure 🙂

  2. très intéressant, je me suis posée justement la question récemment de la signification de la chandeleur. Il y a d’autres traditions/ superstitiions qui veulent que lorsqu’on laisse une pièce de 5 francs (trop tard) dans la main en faisant sauter la crèpe, qu’on enroule ensuite la pièce avec la 1ère crèpe et qu’on la laisse en haut de l’armoire, la richesse est assurée toute l’année. (lu dans un vieux journal)

    • La conteuse Hélène Louis Servais nous écrit : « A cette époque de l’année, chez moi, on passait dans les champs avec des torches allumées en chantant « coulines volot, taupes et mulots, sortez de mon clos ou je vous mets le feu sur le dos ! » »

J'aimerais avoir votre avis sur cet article. Laissez une trace de votre passage....

error: Ce contenu appartient à © Légende-et-conte.com Si cet article vous intéresse, vous pouvez reprendre un extrait sur votre site (une dizaine de lignes) en citant bien évidemment la source. Si vous souhaitez utiliser l’intégralité de l’article, merci de nous contacter.
Site Protection is enabled by using WP Site Protector from Exattosoft.com
%d blogueurs aiment cette page :