Contes et comptines à lire en ligne

Athokatsoulo ou Cendrillon et les soeurs cannibales

Cendrillon peau-de-vache-Athokatsoulo

Athokatsoulo ou Cendrillon et les soeurs cannibales

conte grec,  conte merveilleux

traduit et proposé par Emmanuela Katrinaki

2ème version

(voir la 1ère version)

—————————————-

 

 

Il était une fois une mère qui avait trois filles. Un jour, alors qu’elles filaient, elles firent un pari : celle qui laisserait tomber son fuseau serait tuée et mangée. Elles continuèrent donc à filer, et soudain voilà que le fuseau de la mère tombe. « Ah, mère, ça va pour une fois, mais la troisième, on ne te fera pas grâce! » Le fuseau de la vieille tomba trois fois. La troisième fois elles tuèrent leur mère. Mais la plus jeune des filles avait dit à sa mère :

– Mère, moi je ne te mangerais pas si elles te tuent
– Si tu ne me manges pas, mon enfant, fais comme si tu mangeais des fèves, puis ramasse mes os, mets les derrière la porte, encense-les pendant quarante jours, et après les 40 jours ouvre-les.

La jeune fille fit ce que sa mère lui avait dit : elle encensa les os pendant quarante jours. Le quarantième jour, elle ouvrit les fèves et elle y trouva de jolies robes et des pièces d’or. Comme elle restait assise et grattait les cendres, ses sœurs la surnommèrent Athokatsoulo.

Un jour, ses sœurs lui dirent: « Tu viens, petite, à l’église? ». Elle leur répondit alors: « Vous avez égorgé ma mère et moi j’irais à l’église? »

Les sœurs allèrent donc à l’église ; peu après, l’Athokatsoulo mit une belle robe, pris des pièces d’or et alla elle aussi à l’église. Ses sœurs ne la reconnurent pas. Elle jeta des pièces d’or, et resta un peu de temps dans l’église. Puis elle rentra chez elle, se déshabilla et s’assit près de la cheminée. Elle fit la même chose cinq, six fois, et chaque fois ses sœurs lui disaient: « Eh! pauvre fille, pourquoi tu n’es pas venue à l’église, tu aurais vu une belle jeune fille verser des pièces d’or, au lieu de rester ici à gratter les cendres?” Mais elle, elle pleurait au souvenir de sa mère.

Un dimanche, elle mit une de ses belles robes et y alla. Mais quand elle entra dans l’église, son soulier resta collé à l’escalier où le prince avait mis du miel. Le prince garda donc le soulier et entreprit de retrouver sa propriétaire. Il visita toutes les maisons où il y avait des jeunes filles, et il leur faisait essayer le soulier en disant qu’il épouserait celle qui pourrait chausser le soulier. Il se rendit enfin chez Athokatsoulo où les sœurs essayèrent le soulier.

Athokatsoulo était enfermé dans un panier, mais le prince la vit et lui fit essayer le soulier contre son gré. Le soulier lui allait parfaitement, et le prince épousa la jeune fille. Il ordonna de pendre les sœurs pour le mal qu’elles firent à leur mère.

———————–

Note : Athokatsoulo signifie « chatte des cendres » (dixit l’auteur). C’est le même nom que Giambattista Basile donne à sa Cendrillon italienne (de Naples).

« … Nous avons essayé en premier lieu de comprendre ce que le cannibalisme peut signifier dans le développement du destin de chaque héros. Car, si nous acceptons l’idée que les contes décrivent le parcours de leurs héros vers la maturité, décrivent donc un parcours initiatique, nous constatons que le cannibalisme constitue un obstacle dans ce parcours. En second lieu, nous avons repéré des éléments unissant les contes qui ne sont pas toujours perceptibles à première vue.
Ainsi, dans Cendrillon, conte qui traite de la relation entre mère et fille, les soeurs matriphages de l’héroïne sont condamnées au célibat tandis que leur soeur cadette parvient à se marier car elle a su respecter le tabou alimentaire … » E. Katrinaki

———————-

Auteur : Emmanouela Katrinaki (Conte traduit à partir d’un manuscrit inedit, et inclus dans « Le cannibalimse dans le conte merveilleux grec ». (voir plus bas)
AT: 510A
Illustration : legende-et-conte

Coloriage : Cendrillon et le soulier

_______________

Versions de Cendrillon présentes dans ce blog : cliquez ci-dessous

  1. Cendrillon par Charles Perrault (France)
  2. Cendrillon par les frères Grimm (Allemagne)
  3. Stakhtobouta Cendrillon par Emmanouela Katrinaki (Grèce)
  4. Athokatsoulo (chatte des cendres), Cendrillon par Emmanouela Katrinaki (Grèce) 

——————————–

Merci à Emmanouela Katrinaki qui nous a adressé les deux contes grecs de Cendrillon. Ces versions portent un nouvel éclairage sur les versions françaises et allemandes. L’auteur s’est penchée sur le cannibalisme dans les contes merveilleux grecs qui furent le sujet de sa thèse pour l’obtention du grade de Docteur de L’Ehess. Les deux contes proposés ont été traduits à partir d’un manuscrit inédit.

——————————-

Voir plus de détails sur la thèse (jury etc.) : http://actualites.ehess.fr/nouvelle491.html

Sa thèse a ete publiee en 2008 par l’editorial Folklore Fellows Communications, n, 295, Helsinki .  http://www.folklorefellows.fi/wordpress/?page_id=22

Le cannibalisme dans le conte merveilleux grec par Emmanouela Katrinaki

Auteur : Emmanouela Katrinaki

Titre  : Le cannibalisme dans le conte merveilleux grec. Questions d’interprétation et de typologie. Helsinki: Academia Scientiarum Fennica. 2008. 328 pp.

ISBN 978-951-41-1025-2 (hardback)

ISBN 978-951-41-1026-9 (paperback)

35 euros (hardback)
30 euros (paperback)

 

 

<conte précédent                                                               conte suivant>

——————————-

Vous avez votre mot à dire...

error: Ce contenu appartient à © Légende-et-conte.com Si cet article vous intéresse, vous pouvez reprendre un extrait sur votre site (une dizaine de lignes) en citant bien évidemment la source. Si vous souhaitez utiliser l’intégralité de l’article, merci de nous contacter.
Site Protection is enabled by using WP Site Protector from Exattosoft.com
%d blogueurs aiment cette page :